« Se perdre dans les entrelacements… » par Yasmine

Se perdre dans les entrelacements de la perception et porter à bout mes émois mes couleurs et mes chagrins pour finaliser le tableau de mes premières respirations où lorsque je tombai du seuil vaginal mes pleurs stridents se nourrissaient du suc lumineux et coloré du monde

premières couleurs

premières températures

premières matières

Le corps est devenu un et je n’en finissais plus de changer en tout instant je changeais mon moi n’est qu’un infini de mois et mes bras dans l’espace et mes doigts dans l’espace se retrouvaient changeants, comme une superposition de mouvements toujours plus différents les uns que les autres tout était différent et n’en finissait plus me construisant sans en finir et devenant amas d’amas comme de la roche sur laquelle on ne taille mais ajoute

La sculpture s’inverse dans le moi, il n’est pas négation de la chose ni arrachement il est ajout, ajouts et encore ajouts, des floraisons, en tout coins sur mon âme se couve des roses qui ne s’arrêtent pas d’éclore

Par Yasmine

à retrouver sur son instagram

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :